Incentive

Quelles sont les primes et gratifications possibles en entreprise ?

8 min de lecture
primes et gratifications

Tout travail mérite salaire… Autant faut-il savoir lequel ? Aujourd’hui, la politique salariale et la qualité de vie au travail restent des composantes essentielles de l’attractivité d’une entreprise. En plus de la rémunération fixe, les primes et les gratifications sont ce petit plus qui motive à aller vers l’infini et au-delà. Alors, comment récompenser ses salariés et par quels moyens ? On vous dit tout !

Différences entre les conditions d'attribution des primes, indemnités et gratifications

Commençons par une définition pour mettre tout le monde d’accord : une prime ou une gratification est une somme d’argent versée aux salariés d’une entreprise en complément de leur salaire habituel. Cette somme à caractère exceptionnel peut être mensuelle ou annuelle. 

Les primes obligatoires

Les primes obligatoires sont déterminées par :

  • la convention collective ;
  • le contrat de travail ;
  • l’usage ;
  • la décision de l’employeur.

De manière générale, ces primes sont calculées et versées de manière précise. De ce fait, les sommes sont imposables et soumises aux cotisations sociales.

Une gratification sur un salaire correspond à des primes fixes ou variables versées selon une périodicité distincte du salaire. Prenons quelques exemples de primes de gratification qui peuvent être rendues obligatoires :

  • la prime de participation : toute entreprise comptant 50 salariés pendant six mois consécutifs doit instaurer la participation. Son objectif ? Redistribuer une partie des bénéfices de l’entreprise aux salariés ;
  • la prime d’ancienneté : facultative, elle est versée aux salariés pour récompenser les années de travail au sein de l’entreprise. Pour rendre obligatoire cette prime, elle devra être mentionnée dans le contrat de travail, dans la convention collective ou à la suite d’un accord collectif ;
  • la prime de fin d’année, mieux connue sous le terme de 13e mois : cette prime, gratification annuelle, prend souvent la forme d’un doublement de salaire.

Notons tout de même que ces primes correspondent à des éléments variables de paie. C'est pourquoi elles ne sont pas fixes et peuvent varier en fonction des résultats de l’entreprise ou du salarié. Elles peuvent également être liées à la présence du salarié dans l’entreprise.

Les gratifications facultatives

Entre prime obligatoire ou non, il n’y a qu’un pas… Que vous pouvez franchir sans même le savoir ! Et oui, une prime facultative change de camp et devient obligatoire dès qu’elle cumule ces 3 critères :

  • la généralité : la prime est versée à tous les collaborateurs de l’entreprise ;
  • la régularité : la prime intervient de manière consécutive pendant plusieurs années ;
  • la fixité : la prime est calculée de manière similaire pour tout le personnel salarié.

Prenons quelques exemples de primes non obligatoires pour y voir plus clair :

  • la prime exceptionnelle salarié : chaque entreprise est libre de la verser ou non à ses collaborateurs et de choisir le mode de calcul ;
  • la prime d’intéressement : la prime d’intéressement se base sur des éléments mesurables tels que les résultats de l’entreprise et les performances. Cette prime peut être mise en place dans toutes les entreprises, mais elle reste facultative ;
  • le plan d'épargne retraite collectif (PERCO) : l'entreprise investit de l'argent sous forme de rente ou de capital qui sera versé au salarié au moment de sa retraite.

Bon à savoir : certaines primes sont exonérées de cotisations sociales dans certaines limites.

Visez juste. Pensez aux chèques cadeaux Glady pour vos cadeaux d’affaires.

Atteignez vos objectifs grâce à une stratégie de récompenses sur-mesure. Bénéficiez des conseils de nos experts pour vous aider à mettre en place la solution adaptée à vos besoins de croissance et de fidélisation.

Les avantages de distribuer des primes

Améliorer la qualité de vie au travail (QVT) de vos salariés

L’argent ne fait pas le bonheur, mais il peut y contribuer ! Verser une prime à un collaborateur qui peine à boucler les fins de mois fait véritablement une différence. L’octroi de primes apparaît comme une récompense pour le salarié, surtout dans un contexte inflationniste.

Offrir une compensation financière se traduit souvent dans les esprits comme un travail « plus que bien ». La prime s’accompagne dès lors d’un sentiment de reconnaissance, de gratitude, de mérite. Quand les objectifs atteints dépassent les attentes, distribuer une prime exceptionnelle au salarié valorise son effort, son engagement, sa persévérance et par extension, son bien-être.

Grâce à ce système de récompense, les salariés développent de l’attachement envers l’entreprise. On peut supposer que si un coup dur touche la société, le personnel salarié sera plus mobilisé pour sauver le navire que pour le quitter.

Un régime social et fiscal avantageux pour votre entreprise

Verser une prime à un salarié favorise indéniablement la fidélisation et la reconnaissance des employés. Si on se sent valorisé dans ses compétences, on a moins de chances d’aller voir ailleurs. Indirectement, le versement de prime de gratification contribue à réduire le turn-over. 


Et puis si les salariés sont satisfaits de la politique de rémunération, ils partageront leur avis avec leur entourage et contribueront à valoriser l’image de marque de l’enseigne. Un vrai cercle vertueux !


L’autre avantage des primes pour l'employeur et pour les managers est de pouvoir catégoriser les exigences. Et oui, ce support permet de communiquer clairement tous les critères d’évaluation du travail effectué. Les primes déterminent des règles et créent des repères qualitatifs et quantitatifs, mais aussi des objectifs collectifs et individuels qu’ils soient mensuels, trimestriels, semestriels ou annuels. 


En définissant cette ligne rouge, les salariés savent où ils vont et pourquoi. Le chemin tracé donne un but à atteindre, ce qui accroît la motivation et la performance. 

Exemples de différentes primes et gratifications

Prime de gratification exemple

Les primes monétaires fixes

Une prime monétaire est une rémunération fixe, versée à chacun des collaborateurs d’une entreprise.

Prenons un exemple de prime de gratification : l’entreprise Nou propose à ses collaborateurs une prime fixe de 300 €. Les salariés de cette entreprise peuvent alors décider de la modalité de versement : encaissement de la prime, versement à une association ou placement sur un compte épargne.

Ces primes bénévoles peuvent être diverses et variées, en voici quelques exemples :

  • prime de sérieux : ponctualité, ancienneté, engagement au sein de l’entreprise, prime d’initiative ;
  • prime pour les conditions de travail : travail de nuit, week-end d’astreintes exceptionnel, entretien des vêtements de travail ;
  • prime pour les événements familiaux : mariage, Pacs, naissance, adoption ;
  • prime de partage de la valeur (anciennement prime Macron) : prime exceptionnelle exonérée de cotisations salariales et de contributions sociales dans la limite de 3 000€ ou 6 000€ si l'employeur met en place un accord d'intéressement ou de participation au moment du versement.

Les primes monétaires variables

Les primes variables varient en fonction du niveau des salariés ou selon le type de poste (type de contrat, niveau de rémunération…).

Reprenons le cas de l’entreprise Nou. Cette dernière récompense les salariés qui ramènent de nouveaux collaborateurs, grâce à 3 montants de primes (50 €, 100 €, 150 €), selon le type de contrat. Cette prime porte le nom de prime de cooptation, une des plus appréciées dans les entreprises. En effet, en plus d’aider au recrutement, elle est un gage de confiance pour le service des ressources humaines. 

Les primes variables englobent :

  • la prime d’intéressement et de participation ;
  • la prime pour le commissionnement : utilisée le plus souvent pour les commerciaux, cette rémunération correspond à un pourcentage du chiffre d’affaires réalisé ;
  • la prime d’objectif ;
  • la prime de classement : dépend du classement du salarié, déterminé en fonction de critères précis et objectifs ; 
  • la prime d'incentive : fait souvent suite à un challenge commercial.

Les primes non monétaires

En alternative aux primes financières, il existe un grand nombre de primes non financières qui ne sont pas moins avantageuses que leurs compères !

En fonction de la politique sociale qu’il souhaite mener, le CSE (Comité social et économique) peut décider librement des critères d’attribution, ainsi que des bénéficiaires, des activités qu’il gère. Bien sûr, il faudra respecter certaines limites si l’entreprise souhaite être exonérée de cotisations sociales.

Les chèques cadeaux

Aujourd’hui, plus de 6 millions de salariés reçoivent des chèques cadeaux de la part de leur entreprise. Autant dire que cet avantage a un franc succès !

Les chèques cadeaux sont un avantage similaire à un avantage en argent utilisable dans une multitude d’enseignes. Ils peuvent prendre plusieurs formes : 

  • papier ; 
  • dématérialisé ;
  • cartes cadeaux.

Le dernier format se montre souvent populaire puisqu’il adopte le côté rassurant de la carte bancaire. Pour ne rien gâcher, la carte propose un aspect sécuritaire en étant protégée par un code PIN unique. On distingue deux types de cartes cadeaux :

  • les cartes utilisables dans une seule et même enseigne : fournie par l’enseigne, elle n’est utilisable que dans cette dernière. Un peu risquée si vous ne connaissez pas les goûts de vos salariés et leurs attentes sur le bout des doigts ;
  • les cartes-cadeaux « multi-enseignes » : cartes préchargées d’un montant défini et utilisables dans différents commerces. Une option plus flexible qui laisse les salariés libres de se faire plaisir ou d’offrir un cadeau.

Les voyages

Qui ne rêve pas de gagner un voyage tout frais payé ? Évidemment, cette récompense a de quoi séduire, mais elle reste rare en raison de son coût et de son caractère individuel. Néanmoins, si vous organisez un challenge important, le voyage peut être une solution intéressante.
Avant de vous lancer dans la mise en place d'une telle récompense, pensez à vous renseigner sur la réglementation Urssaf liée aux voyages offerts aux salariés.

Les séminaires

Pour motiver vos salariés et renforcer la cohésion de groupe, l’entreprise peut mettre en place des séminaires plusieurs fois par an.

Les subventions

Les loisirs sont souvent le premier poste de dépense sacrifié par les foyers. L’entreprise ou le comité peut agir sur ce levier et permettre aux salariés de profiter d’un espace de créativité et de divertissement grâce aux subventions. 

Les subventions salariales peuvent être appliquées sur plusieurs choses :

  • subventions voyage ;
  • subventions cinéma ;
  • subventions sur une enseigne particulière (Fnac, Amazon, UGC, Décathlon…).

Les activités de groupe ou team-building

Au quotidien, on n’a pas toujours l’occasion de discuter avec le service d’à côté. On travaille à quelques mètres les uns des autres, mais nous passons finalement peu de temps ensemble. Pourtant, la cohésion du groupe fait des merveilles pour l’épanouissement professionnel. 

Afin de créer des ponts entre les différents pôles et dynamiser l’esprit d’équipe, pourquoi ne pas organiser des activités ? Que ce soit des rencontres sportives, culturelles ou sous forme d’ateliers, les avantages sont nombreux. 

La liste des avantages sociaux est encore longue, un article ne suffirait pas à tout couvrir ! Les titres-restaurant, les mutuelles ou les moyens de transport sont autant d’autres pistes pour récompenser les salariés. N’hésitez pas à alterner les récompenses : si une gratification ne plaît pas à tous, la prochaine pourrait les motiver davantage.

Les avantages en nature

Les avantages en nature sont des biens ou services fournis par l’employeur à ses salariés sans contrepartie ou moyennant une participation du salarié inférieur à leur valeur réelle. Quels sont-ils concrètement ? Et bien, on retrouve :

  • la nourriture telle que la fourniture des repas ou les titres-restaurant ;
  • le logement comme le logement de fonction d’un gardien d’immeuble ;
  • le véhicule utilisé à la fois de manière professionnelle et personnelle comme une voiture de fonction ;
  • les outils de communication lorsqu’ils sont utilisés à titre privé par les salariés (ordinateur portable et téléphone mobile).

Attention toutefois à ne pas confondre avantages en nature et frais professionnels. Les frais professionnels comme les frais de parking, les frais de repas ou les frais de transport sont des dépenses remboursées par l’employeur. En revanche, les avantages en nature sont des prestations fournies par les employeurs.

Bon à savoir : les avantages en nature sont soumis aux cotisations sociales et à l’impôt sur le revenu.


Comment récompenser un salarié sans argent ?

Salaire et récompenses ne vont pas forcément de paire. En effet, si le salaire constitue un pilier pour la motivation des collaborateurs, il n'est pas le seul. Un environnement de travail sain, la reconnaissances des compétences, les perspectives d'évolution ou la dimension sociale participent tout autant au bien-être professionnel. Pour récompenser un salarié sans argent, l'important est de connaître les aspirations de l'équipe et d'y répondre avec justesse.

Parmi les options appréciées pour valoriser l'investissement de vos collaborateurs, les chèques cadeaux figurent en tête de liste. Ces bons pratiques et flexibles permettent de remercier les salariés pour le travail accompli sans transaction financière visible. De plus, ce format incite les bénéficiaires à dépenser le chèque pour se faire plaisir, comme un vrai cadeau.

Avec Glady, vous disposez d'une plateforme unique pour récompenser vos bénéficiaires avec des solutions qui comptent vraiment pour eux au quotidien. Et en plus, vous profitez au passage d'avantages fiscaux pour votre entreprise !

Les points à retenir
  • les gratifications sont un facteur clé de la motivation, de l’engagement et de la fidélisation en entreprise ;
  • une prime devient obligatoire lorsqu’elle remplit les critères de généralité, de régularité et de fixité ;
  • il existe une multitude d’avantages pour récompenser vos salariés ;
  • parmi les primes non monétaires, les chèques cadeaux, les subventions et les titres-restaurants augmentent le pouvoir d’achat des salariés et sont particulièrement appréciés !